Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'AMTPC
  • : En 1983, l'AMTPC a créé le Musée du Textile et du Peigne en Corne à Lavelanet (09300). Ses membres ont récolté et restauré des machines des industries locales mais aussi sauvegardé la mémoire des Travailleurs du Pays d'Olmes. Ce Bénévolat s'est concrétisé par de nombreuses expositions et animations diverses.
  • Contact

Recherche

17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 22:43

Dans de nombreuse civilisations, le Tisserand a été l'artisan dont l'activité a inspiré des légendes, des mythes, des contes et même des chansons. 

Chansons dites "de métier", comme celle-ci, originaire de Bretagne.

 

 

Souvent cataloguée comme chanson enfantine.

Paroles et partition.

 

Mais parfois dépréciative de cette belle profession

 

 

Ou bien chanson de Poête, comme celle-ci d'Yves Duteil.

 

 

Le Tisserand est alors mis sur un piedestal.

 

Il en est bien d'autres dont on ne connait que les paroles :

********************

La chanson du Tisserand de Lin

 

En chantant, je tisse la toile

La toile forte de la voile

Que bientôt aux plages lointaines

Le vent poussera sur les flots

Avec les vaillants capitaines

Et les vigoureux matelots

 

Glisse, glisse ma navette

Entre les fils croise ton fil

Quand je te jette et te rejette

Ton tic-tac me semble un babil

Aussi gai qu’un chant de fauvette

 

Je tisse pour les petits anges

Des toiles fines pour leurs langes

Je tisse aussi la layette

Pour la couchette, le maillot

Pour orner la bercelonnette

De la petiote ou du petiot

 

Glisse, glisse ma navette

Entre les fils croise ton fil

Quand je te jette et te rejette

Ton tic-tac me semble un babil

Aussi gai qu’un chant de fauvette

 

Je tisse la toile légère

Dont bientôt l’adroite lingère

Fera pour la tendre Lisette

La collerette en fin linon

Le blanc bonnet, la chemisette

La camisole ou le jupon.

 

Glisse, glisse ma navette

Entre les fils croise ton fil

Quand je te jette et te rejette

Ton tic-tac me semble un babil

Aussi gai qu’un chant de fauvette


Si je travaille infatigable

Pour la toilette ou pour la table

Avec plus de plaisir je tisse

Amoureux qui faites votre nid

Pour que votre amour s’y blottisse

Les grands draps blancs de votre lit


Glisse, glisse ma navette

Entre les fils croise ton fil

Quand je te jette et te rejette

Ton tic-tac me semble un babil 

Aussi gai qu’un chant de fauvette

 

********************

 

Les Pleurs de mon métier

Joseph   des Verrières (1905)

                     

Ce vieux métier où mon grand-père

        A tissé ses pièces jadis,

        Mon pauvre vieux, je désespère

        De le voir aux mains de mon fils.

        Mon vieux métier que j'aime, pleure

        De se voir ainsi délaissé...

        Mais ne pensons plus à cela,

        Et lon lon lère, et lon lon la.

        Il faut bien que mon métier meure

        Avec moi qui l'ai tant aimé.


      

Je pensais que dans ma détresse

        Mes garçons, papas à leur tour,

        Canusant gaiement et sans cesse

        Consoleraient mon dernier jour.

        Et je suis seul dans ma demeure,

        Mon métier est abandonné !

        Mais ne pensons plus à cela,

        Et lon lon lère, et lon lon la.

        Il faut bien que mon métier meure

        Avec moi qui l'ai tant aimé.


      

Ce vieil ami qui fit ma gloire

        Je le garderai jusqu'au bout,

        Et malgré la misère noire,

        Malgré la faim et malgré tout !

        Puis enfin, quand du cimetière

        Je m'en retournerai vers Dieu...

        Et lon lon lère, et lon lon la,

        Je compte bien qu'un vieux compère

        Mettra mon vieux métier au feu.


      tisserand.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires